mardi 13 mai 2008

225ème anniversaire de la Flotte Russe de la Mer Noire + photothèque et aperçu de la Marine Russe

La base navale de Sébastopol

225ème anniversaire de la Flotte Russe de la Mer Noire
http://www.ruvr.ru/main.php?lng=eng&q=26856&cid=58&p=11.05.2008



Navires de la Flotte de la Mer Noire
source photo


Les cérémonies commémorant le 225ème anniversaire de la Flotte Russe de la Mer Noire sont en cours dans le port de Sébastopol, Crimée, une ville de gloire navale russe. Les célébrations ont lieu malgré des tentatives de les perturber de la part de certaines forces politiques d'Ukraine. Des militaires Ukrainiens participent aussi aux cérémonies. C'est une fête commune aux Russes et aux Ukrainiens, vu le passé commun des 2 pays, peu importe les importants efforts de certains politiciens Ukrainiens pour tenter de le réécrire.
La Flotte de la Mer Noire a sa glorieuse histoire remontant à 1783, lorsque 11 navires de la flottille d'Azov, commandée par le vice-amiral Fedor Klokachyov, entra dans un port près du village d'Akhtiar, où une forteresse nommée Sébastopol fut fondée sur ordre de la tsarine Catherine II.



Au milieu du 19ème siècle, les marins Russes se couvrirent de gloire au cours de la guerre contre la Turquie. La défense héroïque de Sébastopol contre les envahisseurs d'Hitler pendant la 2ème guerre mondiale est une autre page glorieuse de l'histoire de la flotte. L'amiral Vladimir Vysotsky, commandant en chef de la Marine de Russie, dit que c'est à Sébastopol que l'école nationale russe de guerre navale s'est formée, au cours d'exploits au combat.



Trente navires de guerre et 10 navires auxiliaires ont prit part à la spectaculaire parade jubilaire, le ministre de la défense en exercice, Anatoly Serdyukov, y assistant. S'adressant aux marins de la Flotte de la Mer Noire, il a noté que le jour de fête commun aux flottes de Russie et d'Ukraine garantissait le futur de la coopération navale entre les 2 pays, de même que dans l'arène politique. M. Serdyukov dit que le pouvoir russe ferait de son mieux pour renforcer le statut du pays comme grande puissance navale. La Flotte de la Mer Noire est à nouveau présente sur les océans du monde. On peut revoir le pavillon russe partout dans le monde, dit Andrei Krylov, chef du service des relations publiques et médiatiques de la Flotte. "Les navires de la Flotte de la Mer Noire naviguent sur les océans Atlantique et Indien. Les derniers exercices navals dans l'Atlantique ont comporté de fructueux tirs de missiles. La Flotte de la Mer Noire peut être fière du fait que ses navires de guerre patrouillent en permanence la Mer Méditerranée. Au cours des récentes années, ses navires ont visité la France, Malte, la Tunisie et la Grèce. Les marins y ont été chaudement accueillis. La flotte russe est grandement respectée sur les mers et les océans." Les marins de la Flotte de la Mer Noire ont gagné ce respect non seulement au combat, mais aussi en temps de paix, en tant que force contribuant à la stabilité et capable d'appréhender toute tentative de bouleversement de l'équilibre stratégique sur les océans du monde.
Aleksandr Vatutin
Voice of Russia World Service

Il y a un bémol et de taille. Depuis les révolutions que certains (Washington et certains groupes en Europe) ont exportées autour de la Russie, afin de l'empêcher de retrouver son statut et sa place dans l'échiquier mondial qu'elle avait avant la Révolution de 1917, Sébastopol n'est plus en Russie mais en Ukraine. Ce nouveau pays loue (leasing!) Sébastopol à la Russie jusqu'en 2017, selon leur protocole de 1997. Mais à chaque changement ou crise politique, ce contrat entre États est remis en cause par les Ukrainiens... [Les navires de la flotte, eux aussi, sont en cours de partage – certes il y a du récent comme aussi des "vieux clous," mais un missile tiré d'une vieille barcasse ou un obus d'un vieux canon de 130mm, quand ça fait mouche, ça fait aussi mal que tiré d'un navire flambant neuf...]




De plus, pour raisons politiques assez peu compréhensibles vu la géographie et l'Histoire multi-séculaire régionale, l'Ukraine a accepté les "offres financières" américaines et s'est rapprochée de l'OTAN. L'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord, l'OTAN, se retrouve donc impliquée, contrairement à ses buts et principes, dans une guerre larvée en Mer Noire, créant une division artificielle entre les pays d'Europe faisant partie ou associés à l'OTAN, et la Russie, pays européen mais n'en faisant pas partie. Un jeu politique très dangereux. Et c'est surtout nuisible à la construction européenne. Ceci expliquant évidemment cela.

Quelques informations (en anglais) sur les aléas politiques de cette base de Sébastopol, creuset historique de la flotte russe
:
http://blog.kievukraine.info/2006/02/ukraine-russia-discuss-future-of.html
http://blog.kievukraine.info/2006/02/ukraine-tells-russia-to-pay-more-for.html
http://blog.kievukraine.info/2006/02/russia-asks-ukraine-for-dialogue-on.html
http://blog.kievukraine.info/2006/02/russian-official-says-ukraine-has-no.html



La Flotte de la Mer Noire parade devant Sébastopol
http://www.kommersant.com/p890558/Black_Sea_parade/



Les diplomates Russes ont dû déployer des trésors d'habileté afin que les marins de la Flotte Russe de la Mer Noire puissent faire étalage de la puissance militaire russe devant les habitants de Sébastopol (photos article : Reuters)


Le 225ème anniversaire de la Flotte russe de la Mer Noire a été célébré, malgré tous les obstacles ayant entravé sa préparation. Le ministre de la Défense en exercice, Anatoly Serdyukov, et le maire de Moscou, Yuri Luzhkov, y ont assisté; cela a commencé par une parade navale conjointe des navires russes et ukrainiens, et ça s'est achevé par des bagarres entre nationalistes ukrainiens et activistes des associations pro-Russie de Crimée.
Le 13 mai est le jour anniversaire exact de la création de la Flotte de la Mer Noire. C'est précisément ce jour-là, il y a 225 ans, que la Flotte russe d'Azov entra dans la baie Akhti en Crimée. Les festivités de cette année ont été prévues depuis 3 ans – les célébrations ayant commencé le 12 et devant s'achever le 14, selon les espoirs des organisateurs.
Cependant, c'est dimanche dernier qui était de toute évidence le jour principal du programme. Trente navires de guerre et quelque 10 navires auxiliaires ont paradé dans la baie de Sébastopol. La participation de l'Ukraine était symbolique, car l'État n'était représenté que par le navire de débarquement Konstantin Olshansky et le navire de démagnétisation Balta. Le navire-amiral de la flotte ukrainienne, le destroyer Hetman Sagaidachny, devait normalement aussi prendre part à la parade, mais ce vaisseau quittas Sébastopol le samedi pour se joindre à la flotte anti-terrorisme de l'OTAN en Méditerranée. Le ministre de la défense ukrainien, Valery Ivaschenko, le vice-chef d'état-major général, Igor Knyaz, et le commandant de la Marine, Igor Tenyukh, saluèrent son départ.
Le même trio salua la parade commune dimanche, aux côtés du ministre russe de la Défense, Anatoly Serdyukov, et du commandant-en-chef de la Marine russe, l'amiral Vladimir Vysotsky, et du commandant de la Flotte de la Mer Noire, le vice-amiral Alexander Kletsov.
Les Russes ont déclaré que l'absence du navire-amiral ukrainien et sa participation à un exercice d'un ennemi potentiel ne portait pas ombrage à la célébration.
Le débarquement des véhicules d'infanterie motorisée devait être la présentation la plus spectaculaire des festivités. Mais les organisateurs ont dû laisser tomber cette partie du programme, car le ministère ukrainien des Affaires Étrangères s'est pour finir opposé à ce que soit vu en ville du matériel militaire russe. En règle générale, les diplomates Russes ont eu beaucoup de difficultés pour parvenir à ce que les marins de la Mer Noire puissent faire démonstration de la puissance des armes russes aux habitants de Sébastopol.



Des marins au garde-à-vous, face à un navire de guerre, Sébastopol, 11 mai 2008


Un vétéran se tient près d'un pavillon de la marine soviétique pendant les célébrations du 225ème anniversaire de la Flotte russe de la Mer Noire, Sébastopol, 11 mai 2008


Navires de la Flotte de la Mer Noire, 11 mai 2008





video
Parade de Sébastopol 2005
source & (c) vidéo





source & (c) des 3 photos ci-après


Traceurs (plotters) d'une unité de défense anti-aérienne de la Flotte de la Mer Noire suivant une cible aérienne


"Bora," corvette hovercraft lance-missiles, basée à Sébastopol


Infanterie de marine de la Flotte de la Mer Noire, effectuant un exercice de débarquement à la base de Sébastopol

"Muromec", corvette ASM, classe Grisha




Le croiseur lance-missiles "Moskva," navire-amiral de la Flotte russe de la Mer Noire, modernisé en 2000, emportant entre autres 64 missiles de surface (à charge conventionnelle ou nucléaire)


source & (c) des 9 photos ci-après


"Kerch," destroyer ASM



"Pytlivy," frégate ASM



"Shtil," corvette lance-missiles



"Ladny," frégate polyvalente



"Suzdaletc," corvette ASM



"Ivan Golebetc," chasseur-dragueur de mines



"Samum," corvette "hoovercraft" lance-missiles


"Tsesar Kunikov," navire de débarquement


"Turbinist," chasseur-dragueur de mines



Parade 2008, pour le 225ème anniversaire - source des 5 photos suivantes : news.yahoo.com






Avec le monument aux navires échoués à l'avant-plan, le voilier-école russe Pallada, 109m de long, à droite, navigue près du navire de débarquement russe Yamal, à gauche, pendant la parade navale marquant le 225ème anniversaire de la Flotte russe de la Mer Noire, 11 mai 2008. Le monument de la ville commémore le sabordage des navires russes en 1854, afin de protéger le port contre les troupes ouest-européennes (Angleterre, France et Italie), qui avaient débarqué en Crimée et assiégeaient Sébastopol, pendant la Guerre de Crimée. 17 ans après l'effondrement de l'Union Soviétique, Sébastopol est encore le port d'attache de la Flotte russe de la Mer Noire. (AP Photo)



Un jeune homme portant un drapeau russe parle avec une jeune fille portant sous sa veste une telnyashka, la traditionnelle veste rayée du marin russe, Sébastopol, 11 mai 2008, avec en arrière-plan le destroyer russe Smetlivy.
Selon l'accord entre les 2 pays, la Russie peut rester à Sébastopol jusqu'en 2017, contre paiement d'un loyer annuel de 73 millions d'euros. (AP Photo/Sergei Chuzavkov)


Yuri Luzhkov, maire de Moscou, à bord du croiseur lance-missiles "Moskva," après la parade navale (AP Photo)




On croise parfois de drôles de poissons en Mer Noire... mais les gens finissent par s'y entendre...


La premier ministre d'Ukraine, Yulia Tymoshenko (D), et son homologue russe, Viktor Zubkov, boivent le champagne, à Kiev, 28 avril 2008.

D'autant que s'ils ne parvenaient pas à s'entendre, les Russes ont d'ores et déjà trouvé "beaucoup plus accommodant" plus au sud, en Syrie, où ils ont déjà installé une base navale. Ce qui n'est non plus pas bon pour la construction européenne..




*-*-*-*-*-*-*-*-*

La Marine de Russie étant assez méconnue chez nous – nos populations sont abreuvées de films de grands navires américains au point d'en ignorer que France, Angleterre ou Espagne ont eux aussi des portes-avions.. - je profite de cet anniversaire pour un panorama en photo d'autres parties de la flotte russe. En commençant par le grand absent de ces cérémonies, le porte-avion Kuznetsov.


"Amiral Kuznetsov," porte-avion et croiseur lance-missiles à la fois, à l'origine navire-amiral de la Flotte de la Mer Noire. Contrairement aux doctrines navales de l'OTAN, les Russes n'ayant pas beaucoup d'expérience ni de besoin en matière de projection de puissance navale à longue distance (vu leur géographie, un pays qui s'étend sur 11 fuseaux horaires), ils n'ont pas fait preuve de beaucoup d'intérêt pour les grands groupes d'aéronavale. D'où le Kuznetsov est là pour protéger les autres croiseurs (surchargés de missiles), et pas l'inverse comme dans l'OTAN. C'est un choix technique qui nous surprend – son pont d'envol au lieu d'une catapulte, cela ampute la capacité de hangar, de même que la partie du pont avant occupée par les silos à missiles. D'un autre côté, il a une très importante puissance de feu embarquée, sans même avoir besoin des avions, aussi bien pour le combat à courte qu'à longue distance, et même la lutte anti-sous-marine.
Quelle est la "bonne doctrine" pour la guerre navale, aucune guerre moderne n'a pu le montrer. Lors de la guerre des Falklands on a vu l'Ark Royal en grand danger, car les escorteurs n'ont pas su empêcher les sous-marins conventionnels argentins (de construction allemande) d'entrer dans la zone d'exclusion, et de s'y promener en toute impunité. Le développement de missiles supersoniques et de torpilles anti-navires à très haute vitesse (torpilles à cavitation) rendra de toute façon presqu'illusoire la protection que pourrait offrir un groupe de soutien à un porte-avion.



son aviation embarquée, les SU-33





Le Kuznetsov en mouvement
source & (c) vidéo

FILM KUZNETSOV


L'Amiral Kuznetsov en Mer Méditéranée








Le Kuznetsov ou Classe Orel
http://kr.blog.yahoo.com/shinecommerce/13955.html?p=19&t=2








La Classe Kuznetsov de croiseur-porte-avions lourd, aussi appelée Projet 1143.5 ou "Classe Orel," a été construite au chantier naval Nikolayev Sud, se trouvant aujourd'hui en Ukraine. L'Amiral Kuznetsov a été lancé en 1985. Un second navire a été lancé en 1988, le Varyag, mais il n'a jamais été commissionné [et la Chine l'a racheté en 2000. Au départ pour en faire un casino.. ensuite pour le reconditionner comme PA, bien entendu; ndt]. Actuellement, l'Amiral Kuznetsov est donc l'unique porte-avion en service actif dans la Marine de Russie. La coque est basée sur celle d'un précédent porte-avion, l'Amiral Gorshkov, mais elle est plus grande, avec un déplacement à pleine charge de 58.500t, contre 40.400 pour le Gorshkov. Le Gorshkov a été opérationnel à partir de 1988, mais en janvier 2004, l'Inde a signé un accord pour acquérir le navire, s'engageant à le reconditionner avec de nouvelles propulsions, nouveau système d'armes, et modernisant le pont d'envol. Le navire avait été cédé pour le prix de sa modernisation, en même temps que l'achat de 16 chasseurs MiG-29k et de 8 hélicoptères Ka-27 et Ka-31 pour le groupe de soutien. Le navire a été officiellement livré en mars 2004, rebaptisé INS Vikramaditya, et devait entrer en service en Inde en 2008.
L'Amiral Kuznetsov est soutien pour les sous-marins lance-missiles stratégiques, les navires de surface et les avions lance-missiles de longue portée de la flotte russe.

AVIATION EMBARQUÉE
Le pont d'envol fait 14.700m2, et le décollage des avions est aidé par une rampe de 12°. Le pont d'envol est équipé de câbles d'arrêt. Les 2 ascenseurs tribord amènent les avions du hangar au pont d'envol.
Le navire a une capacité d'embarquement de 16 Yakovlev Yak-41M (code OTAN "Freestyle"), 12 Sukhoi Su-27K (code OTAN "Flanker") à ailes fixes, et une flottille d'hélicoptères de 4 Kamov Ka-27-LD (code OTAN "Hélix"), 18 Kamov Ka-27-PLO et 2 Ka-27-S.
[ndt : cependant, toutes les photos récentes le présentent avec des SU-33 au lieu de "Flanker" de base]

MISSILES
Le navire est équipé du système de missiles anti-navires Granit, avec 12 lanceurs de missiles. Le Granit (code OTAN SS-N-19 "Shipwreck") est estimé avoir une portée de plus de 400km et capable de transporter soit une charge nucléaire, soit une charge conventionnelle.

Le système de missiles de défense multi-tâches Klinok comporte 24 lanceurs verticaux et une réserve de 192 missiles, permettant de défendre le navire contre les missiles anti-surface, les avions et les autres navires. Le système est couplé à un radar "phased array" à canaux multiples, et peut tirer un missile toutes les 3 secondes. Il peut engager 4 cibles simultanément par secteur de 60 x 60°. La portée du système va jusque 15km.

Le système de défense anti-aérienne/anti-missile Kashstan, développé par le Bureau des Instruments et Tulamashzavod JSC à Tula, fournit un système de défense contre les armes de précision tels que les missiles anti-surface et anti-radar, les avions et les petites cibles de surface. Il y a 8 systèmes embarqués, combinant un lance-missiles, un double canon multiple de 30mm et une guidance radar/optronique. La portée des missiles dirigés par laser va jusque 8km. Le système de canon peut tirer 1.000cpm jusqu'à une portée de 1.5km. Il y a aussi 6 postes de canons automatiques AK630 anti-aériens.

LUTTE ANTI-SOUS-MARINE
Le navire est équipé du système UDAV-1 de lutte anti-sous-marine, avec 60 roquettes ASM. L'UDAV-1, développé par l'entreprise SPLAV à Moscou, protège les navires de surface en déroutant et détruisant les torpilles en approche. Le système fournit aussi une défense contre les sous-marins et les nageurs de sabotage, de même que contre les véhicules sous-marins. Il possède 10 tubes et est capable de tirer des charges de fond 111SG, des mines 111SZ, et des projectiles de diversion 111SO. La portée du système est de 3km et la profondeur d'engagement des sous-marins va jusque 600m.

SENSEURS
Le système de radars du navire comporte un radar en bande D/E pour l'acquisition surface & air, un radar en bande F pour la veille de surface, un radar en bande G/H pour le contrôle aérien, un radar en bande I pour la navigation, et 4 radars en bande K pour le contrôle de tir du système DAE Kashstan.
Le sonar de coque – recherche et attaque – opère dans les fréquences moyenne et basse, avec capacité de détection de torpilles et sous-marins. Les avions de lutte anti-sous-marine sont équipés de radar de recherche de surface, de sonar plongeants, de bouées sonores, et de détecteurs d'anomalies magnétiques.

PROPULSION
Le navire a une propulsion conventionnelle, avec 8 diesels et 4 turbines à gaz, chacune donnant 50.000cv, entraînant 4 arbres à hélices à pas fixe. La vitesse maximale est de 29 noeuds, et l'autonomie est de 3.800 nm, et jusque 8.500nm à 18 noeuds.
http://www.naval-technology.com/projects/kuznetsov/




Spécifications – Classe Kuznetsov (Type 1143.5), Croiseur lourd porte-avions, Russie

équipage navire: 1.960
équipage aéronavale: 626
état-major: 40

Dimensions
longeur 302.3 m
longueur à la ligne de flottaison 270 m
largeur 72.3 m
largueur à la ligne de flottaison 35.4 m
tirant d'eau 9.14 m

Déplacement
standard 43.000 t
pleine charge 55.000 t
maximum 58.600 t

Propulsion
turbines à gaz, maximum 2 x 50.000 cv
8 diesel
4 arbres d'hélices avec hélices fixes
Génératrices 9 x 1.500 kW
Générateurs diesel, capacité totale 2 x 50.000 cv; 6 x 1.500 kW

Performances
vitesse maximale 29 knots
distance à vitesse maximale 3.850 miles à 29 nd
distance maximale 8.500 miles à 18 nd
Endurance 45 jours

Aviation
16 x yakovlev Yak-41M, (Yak-141)
12 x sukhoi Su-33, (capable d'embarquer des Mikoyan-gurevich MiG-29K)
Hélicoptères 4 x Ka-27-LD, 18 x Ka-27 PLO, 2 x Ka-27-S

Armement
Missiles
Système de missiles anti-navires
P-700 Granit SSM, 12 lanceurs
Système de missiles multi-cibles Klinok Adam
3K95 (ou Kinzhal) SAM VLS, 24 lanceurs verticaux, 192 missiles, 1 tir toutes les 3 secondes.
Système de défense anti-aérienne Kashtan ICIWS, 4 modules de commande, 8 modules de tir combinés canon/missile, 256 missiles et 48.000 obus.
8 Systèmes de canons automatiques AK-630
AA (6×30 mm, 6000 coups/min/unité de tir, 24.000 coups)
[selon wikipedia, il y a aussi 8 × CADS-1 Close-in weapon system|CIWS (chacun 2 x 30 mm Gatling AA plus 16 SA-19 Grisom|3K87 Kortik SAM)]
Lutte ASM 2 × RBU-12000 UDAV-1 lance roquettes (60 roquettes)

Électronique embarquée
CIC (Combat Information Centre)
ACIC (aviation combat information centre)
Système de guidance des avions de combat
Système de navigation
Système de communications radio
Système de communications spatiales
Système de contre-mesures électroniques
Système de sonar actif avec capacité de détection de torpilles

Radars
Radar d'acquisition de cibles aériennes et de surface
Radar d'acquisition de cibles à basse altitude
Radar de contrôle aérien
Radar de navigation
4 radars de contrôle de tir pour missiles & canons



source des 3 images ci-après




Le Kuznetsov avec son groupe de défense en manoeuvres dans l'Atlantique en janvier 2008 (groupe= PA, croiseur Moskva, Udaloy II et 2 soutiens logistique)




Fin 2007, en face de la Norvège (article en nynorsk)


source des 7 photos suivantes





Le "Moskva"



"Amiral Chabanenko," destroyer de classe Udaloy II



"Amiral Levchenko," destroyer de classe Udaloy I



"Sergei Osipov," tanker de flotte


source des 4 photos suivantes :







3 belles petites vidéos de la Marine Russe :

source



source



source


On n'est heureusement plus à l'époque de la guerre froide entre Soviétie et Monde dit Libre, mais la Russie redevenue libre n'en poursuit pas moins sa "remise à niveau" côté armes et missiles



SS-N-19 ou P-700 Granit, surnommé "shipwreck", évolution des P-500 Bazalt (SS-N-12 Sandbox), P-500 qui était à l'origine à bord des croiseurs de la classe "Slava" (tels le "Moskva"). Il est installé aussi bien à bord de croiseurs que de sous-marins (voire lanceurs côtiers).




A côté de la Flotte de la Mer Noire, il y a aussi la "Flotte du Nord," avec son gigantesque navire-amiral, le croiseur "Pierre le Grand," qui, aussi puissant soit-il, ne parvint cependant pas à empêcher un sous-marin nucléaire américain de harponner le Kursk le 13 août 2000, avec le résultat que l'on connaît.




(carte source BBC)




source intérieur du Kursk



Les Russes n'étaient alors (heureusement pour l'otan..) pas encore en mesure de suivre dans l'escalade. Dès lors les Américains ont osé passer de l'acte de provocation classique à l'acte de guerre. Aujourd'hui, ce ne serait sûrement plus le cas: la flotte russe a été équipée des missiles pour lequel le Kursk a été coulé, la Russie a intégralement liquidé sa dette publique (pétrole aidant...) au contraire de tous les pays occidentaux, et elle n'a pas de tensions géopolitiques internes à subir, au contraire de l'Europe occidentale via son rattachement à l'OTAN et aux buts politiques divergents entre elle et l'Organisation.



rfs Pyotr Velikiy ("Pierre le Grand")


Vladimir Putin, alors président de Russie, s'apprêtant à être héliporté sur le croiseur "Pierre le Grand"



source


L'ancien porte-avion de classe Kiev, "Amiral Gorshkov," retiré du service au début des années 1990 pour se retrouver en leasing en Inde, où il a été rebaptisé "Vikramaditya."

Vikramaditya, "ex" Amiral Gorshkov

Depuis qu'est née l'Ukraine, la Russie a perdu son principal chantier naval de grande taille (Nikolayev sud, n.444), et son programme de construction de grands navires en est fortement ralenti. Nous verrons cependant d'ici peu sur ce blog "zm-fn" que cela ne signifie pas du tout "abandon de la construction" et qu'il y a du tout nouveau (articles russes en cours de traduction et documentation). Cependant, l'Inde n'ayant pas encore réussi à le moderniser comme prévu dans leur contrat, il se pourrait que le PA Gorshkov finisse par revenir en Russie.. Construit en 1978 sous le nom de Baku, les Indiens l'ont repris après retrait du service. Si la modernisation n'avaient pas lieu en Inde, les Russes disent qu'ils le reprendraient, et il pourrait recevoir du matériel SAM israélien. Eux aussi connaissent ce "cirque naval"...

Nous verrons une autre fois l'épopée des Kirov et des sous-marins géants de la Flotte russe du Nord.



1 commentaire:

christophe a dit…

Magnifique photos et reportage cela fait peur quand meme !
Christophe. http://www.everyoneweb.fr/Nouslesgarsdelamarine/