dimanche 31 août 2008

Chansons de marins : "Au 31 du mois d'août" & l'épopée du corsaire Robert Surcouf

La prise du Kent par la Confiance peint par Ambroise-Louis Garneray, servant alors sous les ordres de Surcouf. La Confiance (18 canons et 190 hommes) prend le Kent (40 canons et 437 hommes). Comparez la taille des navires, on comprend tout de suite la "taille" de l'exploit!
(cliquez sur l'image pour une version grand format)

Le 31 août 1800, deux mois après la victoire de Bonaparte à Marengo, le corsaire malouin Surcouf s'empare de la frégate anglaise Kent au terme d'une sanglante bataille. Le HMS Kent avait à son bord 400 hommes d'équipage et 38 canons – la célèbre chanson en oublie quelques uns - le navire corsaire français en comptait nettement moins...

AU 31 DU MOIS D'AOUT


1. Au 31 du mois d'août, (bis)
On vit venir sous l'vent à nous, (bis)
Une frégate d'Angleterre,
Qui fendait les mers et les flots,
C'était pour attaquer Bordeaux !


REFRAIN
Buvons un coup, buvons en deux,
A la santé des amoureux,
A la santé du roy de France,
Et merde pour le roy d'Angleterre,
Qui nous a déclaré la guerre !

2. Le commandant du bâtiment, (bis)
Fît amener son lieutenant, (bis)
Et lui dit : "Te sens-tu capable ?
Dis-moi nous crois-tu assez forts,
Pour prendre l'Anglais à son bord ?"

3. Le Lieutenant, fier et hardi, (bis)
Lui répondit : "Capitaine, oui ! (bis)
Faites branle-bas à l'équipage,
Je vais hisser notre pavillon,
Qui restera haut, nous le jurons !"

4. Le maître donna un coup d'sifflet (bis)
En haut larguez les perroquets (bis)
Larguez les ris en vent arrière
Laissez porter jusqu'à son bord
Pour voir qui sera le plus fort

5. Vire lof pour lof en arrivant, (bis)
Nous l'abordions par son avant, (bis)
A coups de haches d'abordage,
De piques, de sabres, de mousquetons,
En trois cinq secs, nous l'arrimions !

6. Que dira-t-on de lui tantôt, (bis)
En Angleterre et à Bordeaux, (bis)
Qui a laissé prendre son équipage,
Par un corsaire de dix canons,
Lui qui en avait trente et si bons !


Ce chant traditionnel de la marine raconte donc l’histoire véritable d’un petit navire français qui vainquit un navire anglais bien plus gros que lui. Le corsaire Surcouf commandait la "Confiance," il captura le navire anglais HMS Kent.
Ce chant à virer, qui est aussi un chant de guerre figurant au répertoire de la "Royale," est l’un des plus célèbre de la marine française. Le fait qu’il mette en scène la gloire monarchique, la lutte séculaire entre la "perfide Albion" (l’Angleterre) et la France, la hardiesse des marins français, et son appel à lever le verre, tout cela n’est assurément pas étranger à ce succès. Je me souviens encore quand notre excellent collègue Patrick Cornez, à présent sous-off plongeur-démineur, lançait ce chant dans la caf', sur le Breydel ou le Truffaut (ma mémoire flanche, s.o.s!) - quelle ambiance!

en voici une version par le corps des troupes de Marine (France) :

Au 31 du mois d'août - Troupes de Marine



source :
http://www.troupesdemarine.org/outils/multimedia/mp3.htm


statue de Robert Surcouf au Québec.



Lors de la prise du Kent, le dialogue suivant se déroula entre les deux commandants :
L'officier du Kent : "Nous, Anglais, nous nous battons pour l'honneur, et vous les Français, vous vous battez pour l'argent !"
Robert Surcouf répondit : "L'on se bat toujours pour ce que l'on n'a pas."


Il existe de nombreuses variantes de ce chant, en voici quelques unes repiquées sur internet via google

1. Au trente et un du mois d’août (bis)
Nous vîmes sous l’ vent à nous (bis)
Une frégate d’Angleterre
Qui fendait la mer et les flots
C’était pour aller à Bordeaux.

Buvons un coup, lala, buvons en deux, lala
A la santé des amoureux
A la santé du Roy de France
Et merde ! pour le roi d’Angleterre
Qui nous a déclaré la guerre.

2. Le capitaine au même instant (bis)
Fit appeler son lieutenant (bis)
Lieutenant te sens-tu capable
Dis-moi, te sens-tu assez fort
Pour prendre l’Anglais à son bord ?

Refrain.

3. Le lieutenant fier et hardi (bis)
Lui répondit : Capitaine, oui ! (bis)
Faites monter tout l’équipage
Hardis gabiers, gais matelots
Faites monter tout l’ monde en haut.

Refrain.

4. Vire lof pour lof en arrivant (bis)
Nous l’abordâmes par son avant (bis)
A coup de hache, à coup de sabre
De pique, de couteau, de mousqueton
Nous l’avons mis à la raison.

Refrain.

5. Que va-t-on dire de lui tantôt (bis)
A Brest à Londres et à Bordeaux (bis)
De s’être ainsi laissé surprendre
Par un corsaire de quinze canons
Lui qu’en avait trente-six bons ?

Refrain.


version chantée par La Joyeuse Garde :

1. Le trente et un du mois d’août (bis)
Nous aperçûmes sous l’ vent à nous (bis)
Une frégate d’Angleterre
Qui fendait la mer et les flots
C’était pour aller à Bordeaux.

Buvons un coup, lala, buvons en deux, lala
A la santé des amoureux
A la santé du Roy de France
Et merde ! pour le roi d’Angleterre
Qui nous a déclaré la guerre.

2. Le capitaine au même instant (bis)
Fit appeler son lieutenant (bis)
Lieutenant te sens-tu le courage
Dis-moi, te sens-tu assez fort
Pour prendre l’anglais à son bord

Refrain.

3. Le lieutenant fier et hardi
Lui répondit : Capitaine, oui ! (bis)
Faites monter tout l’équipage (bis)
Hardis gabiers, gais matelots
Faites monter tout l’ monde en haut.

Refrain.

3bis. Le maître donne un coup d’ sifflet (bis)
«En haut! Larguez les perroquets (bis)
Larguez les ris et vent arrière
Laissons porter jusqu’à son bord
Pour voir qui sera le plus fort»

Refrain.

4. Vire lof pour lof en arrivant (bis)
Nous l’avons pris par son avant (bis)
A coup de hache et abordage
De pic, de couteau, de mousqueton
Nous l’avons mis à la raison.

Refrain.

5. Que dira-t-on de lui tantôt (bis)
En Angleterre et à Bordeaux (bis)
D’avoir si bien paré l’outrage
Par un vaisseau de six canons
Lui qu’en avait trente et six bons ?


Buvons un coup, lala, buvons en deux, lala
A la santé des amoureux
A la santé des vins de France
A qui nous devons le succès
D’être vainqueur sur les Anglais !



Encore quelques autres versions de couplets:

2. Le commandant du bâtiment
Fit appeler son lieutenant
Voilà l’anglais, t’sens-tu l’courage
D’aller l’attaquer à son bord,
Savoir qui sera le plus fort ?

3. Le Lieutenant, fier z’et hardi
Lui répondit : Capitaine, oui
Faire branle bas dans l’équipage
Je vas hisser notre pavillon
Qui restera haut, nous le jurons.

4. Le maître donne un coup de sifflet
Pour faire monter les deux bordées
Tout est paré pour l’abordage
Hardis gabiers, fiers matelots
Braves canonniers, mousse petiots.


4. Le maître donna un coup d’ sifflet
En hautLarguez les perroquets
Larguez les ris en vent arrière
Laissez porter jusqu’à son bord
Pour voir qui sera le plus fort.

6. Que dira-t-on de lui bientôt
En Angleterre et à Bordeaux
D’avoir si bien paré l’outrage
Par un vaisseau de six canons
Lui qu’en avait trente et six bons.



Robert SURCOUF, le " Roi des Corsaires "
(à suivre...)

mercredi 27 août 2008

Le Gordi (ex-Westdiep) part définitivement pour la Bulgarie (27/8/2008)



un heureux concours de hasard de circonstances fait que je me trouvais à Zeebrugge ce matin. Et qu'en prime, sans même l'avoir cherché, je me suis vu proposé d'embarquer sur le Spin pour aller faire le "ship spotter" pendant le départ de Zeebrugge du Gordi, aux côté des invités officiels (spotters & journalistes)



Profitez de ces belles photos que j'ai prises ce matin
d'autres seront sur internet (ships-hunters.be, Van Ginderen, etc), mais ça, ce sont les miennes.


Avant le départ, prise depuis le poste de quart, une photo du dernier "fueling" du Gordi en Belgique



ça a quand même une sacrée gueule, nos bonnes frégates E71, pas vrai?!

en attendant l'arrivée des remorqueurs, qui resteront d'ailleurs "stand by" et n'auront pas à aider au départ, le Gordi a fait l'essai de sa tourelle de lance-roquettes ASW et de divers appareils.




un départ comme de vrais pros', apprécié à sa juste valeur comme on a pu l'entendre à certains commentaires de membres de la Marine belge.



Alles los! La dernière amarre est larguée, le Gordi quitte la Belgique pour rejoindre sa nouvelle patrie, la Bulgarie.













Contrairement à ce que cette photo pourrait laisser croire, nos frégates ont des propulsion diesel et une turbine à gaz Rolls Royce.. pas des éoliennes ;-)
cependant, nous souhaitons "bon vent et longues années" au Gordi

petit film amateur avec quelques moments de ce départ :
(en cours d'encodage & envoi sur google)

vendredi 22 août 2008

Céremonie: F911 BNS Westdiep devient F43 BGS Gordi

BELGA : Remise officielle de la frégate F911 Westdiep à la Bulgarie

Le vendredi 22 août 2008, la frégate Westdiep sera officiellement remise à la Bulgarie, en présence du Ministre de la Défense, Pieter De Crem, et de plusieurs autorités militaires et civiles. La Marine bulgare a décidé de baptiser la frégate Gordi.

C’est la deuxième frégate (après le F912 Wandelaar) vendue à la Marine bulgare. La frégate F910 Wielingen et le chasseur de mines M922 Myosotis seront également remis à la Bulgarie en février l’année prochaine.

La frégate F911 Westdiep a été retirée d’emploi le 05 octobre 2007 après trente années de service. Durant cette période, elle a participé à bon nombre d’opérations et exercices dont les plus récents dans les Caraïbes dans le cadre de la lutte contre le trafic de drogues. Elle a ainsi par exemple réussi à intercepter un bateau de pêche avec trois tonnes de cocaïne à son bord.

-----------------------------------------------

photo exceptionnelle et singulière que j'ai prise ce vendredi 22 août 2008 à 08h30: une frégate battant pavillon belge.. avec numéro de coque bulgare




De gauche à droite : le commandant Manev (commandant du Gordi), l'amiral Tshekov, m. le ministre de la défense nationale Pieter De Crem, notre amiral J-P Robyns et le fkp Debeurne (dernier commandant du Westdiep) posent devant ce qui est à présent officiellement le F43 Gordi, depuis qu'ils viennent de signer le protocole de transfert quelques minutes auparavant et d'envoyer les couleurs bulgares

le film de la journée de remise du Westdiep à la marine bulgare :

mardi 19 août 2008

A961 Zinnia: guerre du Golfe Persique 1988 (Octopus II)

Ce film présente la mission Octopus II. J'ai fait partie de la suivante, Octopus III, et on voit notre arrivée comme relève des équipages. Le film présente cependant le même genre de travaux que ce que nous avons fait.

Merci à "W.I" qui m'a communiqué le lien de ce film.

Si c'est chouette, je dirais qu'y manquent cependant nos "joies" de notre voyage aller à nous, la relève "Octopus III." Je vous en posterai à l'occasion, car j'ai des photos exclusives : notre C-130 dont le moteur a crâmé sur l'aéroport du Caire, l'atterrissage en urgence, les "gentils Égyptiens" nous braquant avec leur kalash' (il paraît qu'ils étaient de notre côté, dans cette guerre). Je suis le seul à avoir pris des photos, car je ne me séparais jamais de mon sac Canon, pas même pour une évacuation d'urgence comme celle-là. Et le "vieux" avait même hurlé que je devais cesser de tirer des photos à l'approche des "gentils Égyptiens" bien menaçants - ben quoi, au moins on aurait pu savoir qui nous avait zigouillé, au cas où.. On a tant de si gentils alliés..
Puis il y a eu l'hôtel somptueux payé par l'ambassade (Mövenpick, avec la dysenterie à la carte pour la plupart des mangeurs de glace à l'eau locale), la rançon exigée par la tour de contrôle de l'aéroport du Caire pour que le pilote puisse faire redécoller l'avion de remplacement envoyé de Belgique (où muns' & personnel & bouffe étaient empilés pèle-mèle) - les Égyptiens exigeaient sa carte Visa, rien de moins, sinon pas de décollage, à cause du Ramadan, mais si on payait le problème religieux disparaissait.. Puis l'arrivée joyeuse dans le Golfe avec les vexations sympatiques de la part des soldats du coin (eux aussi censés être de notre côté) qui ont retourné nos bagages comme si on était des criminels échappés de Sing-Sing et même vidé un sac de "diplotas" sur le sable, etc.
Mais toutes ces "joies", c'est pour plus tard.



en attendant, quelle joie de revoir tous ces copains & collègues!

lien téléchargement direct :
http://video.google.fr/videoplay?docid=8279961077989170941&hl=fr

samedi 16 août 2008

Belle tempête en mer d'Islande

Un chouette petit film envoyé par Jean-Marie "Duc" - ça c'est la mer telle que je l'aime: démontée, violente, passionnante. On a difficile à manger ses macaronis car ils ne veulent pas rester dans l'assiette et le voisin partage sa gerbe trop généreusement. Dormir, faut pas trop y penser, ou alors attaché avec des sangles. Mais qu'est-ce que c'est bon quand le navire "surfe" et "vole" de vague en vague, plonge et fend les paquets de mer qui s'abattent sur la plage avant (voire sur tout le navire..)..

video

vendredi 8 août 2008

épaves de navires, la plus triste vision au monde!



Jean-Marie "Duc" a envoyé un magnifique diaporama : jeanmarieduc_Scheeps_wrakken.pps
Que de rêves, que de travail, que de conquêtes, qui se sont arrêtés sur une plage, un récif, au fond d'un port...




lundi 4 août 2008

Ras-fuel entre Westdiep, Westhinder et Poolster (NL-Esk 1987)

A gauche sur la photo, le BNS F911 Westdiep, au centre, le Hnlms A835 Poolster (navire ravitailleur néérlandais) et à droite, le BNS F913 Westhinder. En arrière-plan, 2 frégates néérlandaises de classe Kortenaer, non-identifiables vu l'âge de la photo de base.

Cliquez sur la photo pour obtenir une grande version

c'est le poster qui orne mon salon, il fait 42 x 62cm, impossible à numériser avec mon petit scanner, d'où j'en ai pris une photo..