lundi 22 décembre 2008

Voile: Vendée-Globe 12/2008= gros temps & avaries, humilité & rescapés

une course de légende, taillée sur mesure pour les "Formules 1" des mers et les skippers au moral en béton... mais il faut aussi une bonne dose de chance face aux éléments déchaînés..

video





En cette fin 2008, tout commençait bien, et Loïc Peyron navigait largement en tête

video


Puis au changement d'océan, le temps a radicalement changé, et les avaries graves ont commencé, décimant bateau après bateau, jusqu'à un accident frappant lourdement un des favoris, Yann Eliès, accident qui a failli endeuiller la course.

10 décembre, avarie et abandon du premier de course, Loïc Peyron
http://www.europe1.fr/Sport/Voile/Courses/Vendee-Globe-abandon-de-Loick-Peyron
Coup dur pour Loïck Peyron. Le skipper français de Gitana-Eighty a démâté mercredi en début d'après-midi dans le Vendée Globe alors qu'il était 3e au classement de cette course autour du monde en solitaire. Il envisage de partir vers le nord, l'Afrique du Sud ou Madagascar, à 1.600 milles (2950 km), et ensuite de solliciter un remorquage
Les mers du Sud ont fait leurs premiers dégâts mercredi après-midi. Alors qu’il pointait à la 3ème place du classement à une quinzaine de milles de Sébastien Josse et Jean-Pierre Dick, Loïck Peyron a démâté. Le skipper de Gitana Eighty se trouvait à environ 180 milles dans le Sud des îles Crozet et 650 milles de l’archipel des Kerguelen.
"J'étais à l'intérieur quand j'ai entendu un énorme bruit. En sortant sur le pont, j'ai constaté qu'il n'y avait plus de mât. Il me reste la bôme et nous réfléchissons actuellement sur la suite des opérations", a expliqué Peyron aux organisateurs. "Il y avait 30 noeuds de vent (...). Il n'y avait pas de raison de se faire mal et tout allait très bien à bord quand le mât est tombé brutalement sans aucun signe avant-coureur", a-t-il expliqué. Lors de sa dernière vacation, le Baulois envisageait de partir vers le nord, l'Afrique du Sud ou Madagascar, à 1.600 milles (2950 km), et ensuite de solliciter un remorquage.
En tête pendant toute la descente de l’Atlantique, Peyron avait passé la main d’abord à Sébastien Josse, puis à Jean-Pierre Dick.
Loïck Peyron possède le plus beau palmarès de la voile française, mais n'a jamais gagné le Vendée Globe (deuxième de l'édition 1989 derrière Titouan Lamazou). Avant le départ aux Sables d'Olonne, quand on lui rappelait qu'il venait de remporter les quatre dernières courses auxquelles il avait pris part, il relativisait : "Il faut se dire qu'une victoire c'est toujours totalement aléatoire et extrêmement exceptionnel, surtout sur un Vendée Globe. Finir une course comme celle-là c'est déjà exceptionnel".
Ce démâtage devrait sensiblement refroidir les ardeurs des autres solitaires qui indiquaient tous ces derniers jours qu’ils avaient particulièrement tiré sur le matériel. A noter que Loïck Peyron avait connu des problèmes avec sa drisse de gennaker avant l’entrée dans l’océan Indien et qu’il n’avait pu monter dans son mât que mardi….
Loïc Peyron contraint à l'abandon suite mat cassé

Source podcast, tous droits réservés

admirez l'humilité de Loïc Peyron - la mer rend humble quand on sait se laisser enseigner par elle. Dans une situation pareille, sans certitude du sort à venir, aller dire encore enfoncé dans les ennuis "bah, il y a plus mal loti que moi sur terre," c'est pas donné à tout le monde. Un grand marin.



Radio : Kersauson : le Vendée Globe est "vachement beau"

11/12/08 à 15h02
Le skipper Olivier de Kersauson, qui a un œil avisé sur la course en solitaire autour du monde, pense que rien n’est joué dans ce Vendée Globe. "Maritimement parlant, c’est vachement beau et, de plus, personne ne veut céder un pouce", explique le vieux loup de mer. Une interview exclusive Europe1.fr signée Olivier Durin.

"Le Vendée-Globe, c'est vachement beau!" Kersauson

source texte & audio europe1 tous droits réservés


"la ligne d'arrivée, c'est tout droit, encore 15.000 miles, 4 tempêtes et vous y êtes!" ;-)
source photo


Même si ça a coûté cher pour aller le rechercher, avec un navire militaire, une vie humaine vaut bien qu'on se décarcasse pour la sauver.

Yann Eliès est sauvé!
http://www.actu24.be/page/imagedujourdetails/

Yann Eliès, le skippeur de Generali, n'avait plus à boire que 30 centilitres d'une bouteille à moitié vide de Coca-Cola et serait mort en mer s'il n'avait pas reçu d'assistance médicale. "On lisait dans ses yeux et sur son visage l'expression d'une joie immense. C'était comme s'il était sur la lune", a raconté David McIlroy, le médecin australien qui a apporté samedi matin les premiers soins d'urgence à Yann Eliès. Le skipper français est désormais en de bonnes mains. (Reuters)
Yann Eliès est arrivé à Perth (Australie), transporté à bord de la frégate australienne HMAS Arunta.


Site officiel de la course Vendée-Globe, avec les vacations radio, des clips, photos, les cartes, dernières nouvelles, etc
http://www.vendeeglobe.org/fr/





La position des concurrents
http://tracking.vendeeglobe.org/fr/



A l'arrivée, que fait-on?
Olivier de Kersauson montre comment respecter les bonnes vieilles traditions :


source photo



bon vent aux concurrents, et qu'Éole soit un brin respectueux des voilures et mâts...
source photo

Aucun commentaire: